«Peu de risques en deçà de cinq ans de traitement»

L’Androcur peut susciter des méningiomes, mais ceux-ci sont bénins, souligne le neurochirurgien Sébastien Froelich, qui a participé à l’étude.

Lire l’article complet